jesuisrepublicain.fr

jesuisrepublicain.fr est une des deux adresses permettant d’accéder à ce blog.

Pourquoi ce choix ? Par allégeance à un parti politique récemment rebaptisé… Que non ! Bien évidement.
Parce que ce terme de « Républicain » résonne de manière particulière aux oreilles des rédacteurs de ce blog.
Terme à la mode, revendiqué par tous, il est mis à toutes les sauces, mais que signifie-t-il pour nous ?

La République est, étymologiquement, la chose publique, Res (chose) publica (publique). Elle implique un état fort qui supplée les individus dans l’accomplissement de tâches que ceux-ci ne peuvent remplir seuls.  «C’est l’idée de la centralité de la puissance publique qui assumerait le bien commun et c’est aussi celui de l’égalité des citoyens, protégés de la domination par des institutions communes», explique Pierre Crétois, philosophe, dans l’ouvrage « Le républicanisme social, une exception française ? ».

la Révolution française a installé une définition précise du mot République. Celle-ci devait se substituer à la monarchie, au pouvoir d’un seul sur l’ensemble. Les Républicains sont alors ceux qui souhaitent le bien du peuple, par le peuple.

le républicanisme est une idéologie progressiste

Le républicanisme, comme idéologie politique, prône que les détenteurs du pouvoir doivent être nommés par d’autres moyens que l’hérédité, c’est-à-dire être élus par le peuple ou par une partie de celui-ci. La spécificité du républicanisme à la française a jeté les bases de l’Etat-providence. Cette idéologie est progressiste, au XIXe siècle sous la IIIe République tout d’abord, avec la mise en place d’une instruction publique, puis au XXe, notamment avec le programme du Conseil National de la Résistance (CNR). «Le républicanisme français va au delà de l’obligation pour l’Etat d’assurer la liberté des individus. La République, c’est Marianne, c’est une mère nourricière», résume Pierre Crétois.

le concept de républicanisme ne peut-être que transpartisan

Ainsi, le républicanisme doit, selon nous, toujours viser la transformation de la société. La République aime tous ses « enfants » et ne peut faire de distinction de classe ou de genre. Pour ce faire, le concept de républicanisme ne peut-être que transpartisan.

Certes, nous trouvons des nuances dans l’appréciation du changement, de la transformation sociale. En matière d’éducation, certains (plus à « droite ») vont insister sur la valeur du travail récompensé, d’autres (sensibilité de « gauche ») vont favoriser la notion de rattrapage des inégalités.

les valeurs de la République … ne peuvent être « préemptées » par un seul groupe

Si nuance il existe, les valeurs de la République (égalité, liberté, laïcité, tolérance, solidarité, humanisme universaliste) ne peuvent être « préemptées » par un seul groupe, une seule fraction d’un peuple.

Non ! Aucun parti politique ne peut faire une « OPA hostile » sur un élément essentiel de l’histoire politique française. De même, gardons nous bien d’accorder crédit à celles et ceux (de tous horizons…) qui s’attribuent un peu trop facilement le titre de « bons Républicains ».

Xavier Brouard

Xavier B. est Châtelleraudais, artisan, entraîneur fédéral bénévole (athlétisme/course hors stade), conseiller national du Mouvement Démocrate.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *